Publié par : editionnumerique | mai 12, 2010

L’impact de l’édition numérique sur la chaine du livre

L’édition numérique n’est pas seulement une révolution technologique, c’est aussi un bouleversement qui s’opère dans toute la chaine du livre, et qui pourrait bien… la renverser.


De nouvelles perspectives pour les éditeurs

En France les éditeurs ne se sont intéressés que tardivement à l’édition numérique. Ils n’y ont d’abord prêté qu’une faible attention, car ils pensaient que le lecteur préférerait toujours la version papier et que le support numérique rendait la lecture désagréable. Mais les nouveaux lecteurs numériques ont changé la donne. Désormais l’Ipad, le Kindle et l’E-Reader permettent au lecteur d’accéder directement à l’édition numérique sur un support agréable et lisible. Désormais il est possible d’acheter des livres instantément et de les recevoir directement sur son lecteur numérique. Le succès de ces lecteurs de livres électroniques a naturellement intéressé les grands éditeurs. Amazon leur proposa d’abord de passer des contrats pour qu’il puisse vendre les livres de leur catalogue. Tous les éditeurs français refusèrent cette offre, dont les tarifs furent jugés inacceptables. A présent tous s’organisent pour concurrencer Amazon et proposer leurs propres offres. Car pour les éditeurs, l’édition numérique offre un nouveau marché. Qui dit nouveau marché, dit nouvelle concurrence. On voit en effet de plus en plus de petits éditeurs numériques apparaitre. Le coût très faible de fabrication d’un livre numérique rend ce marché très actif et très concurrentiel. De plus ce nouveau support permet aussi la création de nouveau genre littéraire. Car on le sait, les lecteurs électroniques sont surtout utilisés pour les textes courts ou utilitaires. De ce fait on voit naître de plus en plus de feuilletons, qui publient numériquement un nouvel épisode par jour. Il s’agit donc véritablement d’un nouveau marché. Car pour l’instant les ventes croissantes des livres en format numérique ne semblent pas faire baisser les ventes des livres en format papier. Le numérique pourrait donc devenir un secteur à part et offrir aux éditeurs de nouvelles perspectives de profit supplémentaire.

Les libraires : une espèce en voie de disparition ?

Les lecteurs de livre électronique permettent à leurs usagers d’acheter leurs livres en ligne. Ce qui signifie que désormais, la vente de livre s’effectue directement de l’éditeur vers le lecteur, sans aucun intermédiaire. Le travail du libraire devient donc obsolète . Ce nouveau mode d’achat les exclut donc totalement de la chaine du livre. Le libraire sert d’intermédiaire entre l’auteur et le lecteur. Il doit l’aider, l’orienter, le conseiller. Désormais le lecteur pourra se passer de lui. Il y gagne en facilité d’achat ce qu’il y perd en sociabilité et en conseils. Mais les libraires n’ont pas l’intention de disparaitre ainsi. Précisions d’abord que l’édition numérique est encore marginale, et que la vente de livres sur support papier se maintient à bon niveau. De plus, pour l’instant les éditeurs numériques passent toujours par des sites de libraires pour vendre leurs ouvrages. Les grand éditeurs (Gallimard, Flammarion, La Martinière) ne sont pas encore passés à la vente directe. De plus les librairies commencent à s’organiser. 35 d’entre elles se sont associées pour financer le développement d’une plate forme de vente commune. Mais déjà, un éditeur comme Hachette, commence de son côté à vendre ses livres directement au lecteur, en se passant ainsi des libraires. Le risque que l’édition numérique soit un secteur qui échappe aux libraires traditionnels est donc bien réel.

Une plus grande liberté pour les auteurs

Pour les auteurs, l’arrivée de ces nouvelles technologies lui donne une importance accrue. En effet, le coût de l’édition numérique est nulle, par conséquent l’auto-édition devient beaucoup plus facile. Tous les auteurs dont les ouvrages ont été refusés par les éditeurs vont donc pouvoir les mettre à la disposition du lecteur. Pour les écrivains déjà publiés, si l’édition numérique venait à se développer, ils auront l’opportunité de vendre leurs livres eux-mêmes, et ainsi de toucher l’intégralité du prix du livre, au lieu des 10% habituels. Amazon a d’ailleurs proposé aux écrivains de vendre leur livre sur son site sans passer par les éditeurs en s’engageant à leur verser 70% du prix de vente. De quoi faire réfléchir. De plus, certains auteurs se sont déjà réunis en coopératives pour diffuser eux-mêmes leurs oeuvres numériquement (comme Publie.net par exemple). La possibilité est donc donnée aux écrivains de court-circuiter la chaîne du livre. Les auteurs pourraient donc bien tirer profit de l’édition numérique. A condition que celle-ci se développe suffisamment pour devenir assez rentable financièrement…

Le grand gagnant de l’affaire : le lecteur

Mais celui pour qui l’édition numérique représente la plus grande aubaine c’est le lecteur. Tout d’ailleurs est conçu pour lui. Grâce aux lecteurs de livre électronique l’achat se fait instantanément. C’est un gain de temps considérable. La lecture électronique est devenue confortable et aisée, même si la beauté de l’objet livre ne sera jamais remplacée. L’édition numérique lui offre en outre un accès aux livres du monde entier. Grâce à la numérisation des fonds anciens, opérée par Google ou par la BnF, il peut accéder gratuitement à tous les livres numérisés qui sont libres de droit. Enfin, puisque les intermédiaires disparaissent, le prix des livres s’en ressent lui aussi, et déjà les éditeurs ont consenti à vendre les livres numériques à des prix inférieurs de 15 à 25% à ceux des livres physiques. Et les éditeurs souhaiteraient faire passer cette baisse jusqu’à 35%. Une aubaine pour le lecteur.

Une révolution à l’issue incertaine

Ainsi donc, comme on peut l’observer l’édition numérique redistribue toutes les cartes dans le marché du livre. On ne connaît pas encore l’ampleur que prendra cette révolution, peut-être passera-t-elle vite de mode, peut-être détruira-t-elle entièrement le circuit traditionnel de l’industrie éditoriale, mais d’ores et déjà on voit qu’avec les modifications des règles du jeu, il y aura des gagnants… et des perdants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :