Publié par : editionnumerique | mai 22, 2010

Où en est le livre électronique ?

Il devient aujourd’hui possible d’emmener en voyage toute sa bibliothèque avec soi. Le livre électronique est léger, petit, agréable à lire et doté d’un disc dur sur lequel il est aisé de stocker tous les livres dont on a besoin.

Présentation :

Cela fait longtemps que l’on parle de lui mais le livre électronique a connu des débuts difficiles. Aujourd’hui, il est enfin disponible avec des atouts certains, capables d’interresser le grand public. Le confort de lecture est au rendez vous, l’autonomie de batterie est grande, le poid est négligeable avec 200 grammes en moyenne et la capacité de stockage ne dépend que de vos besoins puisqu’il suffit souvent de se procurer une carte mémoire de quelques gigas pour bénéficier de centaines d’œuvres. Produit nomade, il peut couvrir un large public, des étudiants aux profesionnels en passant par les lecteurs occasionnels ou assidus.

Toutefois, beaucoup de freins sont encore présent qui bloquent la percée de ce nouvel outil numérique. Les maisons d’édition notamment ne s’investissent pas encore beaucoup et trop peu de versions numrisées sont disponibles comparées au nombre de titres qui sortent chaque mois. Pourtant, plus qu’un objet, le livre numérique est un service.

L’eBook montre la marche à suivre mais reste contraignant de part sa nécessaire liaison avec un ordinateur pour télécharger du contenu. Les liseuses actuelles interpellent mais nécessitent encore des améliorations et on peut encore se demander si elles rentreront finalement dans les usages ou pas.

Un confort de lecture sur écran indiscutable

Techniquement, le livre électronique tient la route : Il peut contenir en moyenne jusqu’à 200 titres et tenir sans recharge durant des semaines. De plus, à la question la plus récurrente du public, à savoir : « Est-ce fatiguant pour les yeux ? » la rponse est sans équivoque : « non absolument pas ». Les textes apparaissent aussi clairement que sur du papier, les angles de vision sont larges et la lecture en plein soleil est tout a fait faisable.

Toucher au modèle économique de l’édition, pas si facile

Faire passer un bien culturel vers le monde numérique provoque toujours quelques réticences. Les maisons d’édition ont exprimé beaucoup de réticences au fait que le livre papier puisse avoir son pendant numérique et la pauvreté de l’offre trouvée sur internet témoigne de cette réticence toujours présente.

Les raisons sont multiples : le livre numérisé est en général vendu moins cher que la version papier( pas beaucoup mois cher d’ailleurs…) et les éditeurs perdent la commission sur la distribution en librairie. Le manque à gagner fait peur et l’exemple de l’industrie musicale n’est pas fait pour les rassurer.

Des sécurités sont pourtant mises en place afin d’éviter les écueils de l’indsutrie du disque comme les DRM, des verrous électroniques qui empèchent le prêt d’un ouvrage numérique à un ami.

Des capacités, mais peut mieux faire

Le livre électronique est bourré de potentiel mais pour offrir le meilleur de lui-même , il doit encore évoluer. Un coup de main des éditeurs et des sociétés de presse serait le bienvenu. Si l’eBook bénéficit aussi un jour d’offres d’abonnements bien achalandé et fourni par des opérateurs, il aura encore plus de chances de séduire. Le problème des formats est aussi à étudier, payer 300 euros un produit qui comporte autant de freins n’est pas un atout.

Au niveau des « plus » offerts par l’eBook, le niveau reste un peu faible. La lecture de photo n’est possible qu’en dégradés de gris et celle de MP3 connaît souvent des ralentissements sur beaucoup de liseuse. Une version tactile serait la bienvenue qui permettrait une prise de note. L’iPad, complètement tactil, sort en France dans quelques jours mais il ne s’agit pas d’une liseuse.

Pour conclure va etre abordée la fameuse question qui revient souvent dans les discussions : « le livre électronique va-t-il tuer le livre papier ? » Il n’y a aucune raison de craindre cela et la cohabitation pourrait bien se faire.

En revanche, on peut etre moins optimiste quand à la capacité de l’édition de ne pas suivre les traces de l’industrie du disque. L’édition doit réagir maintenant ou ne pas se plaindre plus tard.

Liens :

http://www.educnet.education.fr/dossier/livrelec/notions/livre-electronique-livre-numerique

http://grand-livre-du-ebook.com/definition.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :